Commission chargée de formuler des Avis Techniques 
Groupe spécialisé19                               Traitement des Eaux

  _____________________________________________________________________

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits

 Cahier des prescriptions techniques communes

______________________________________________________________________________________

 
Approuvé le 18 décembre 1997 par le Groupe Spécialisé n°19 « Traitement des Eaux »  

 Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits   Cahier des prescriptions technique communes

 Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé de que ce soit, des pages publiées dans le présente ouvrage, faite sans l’autorisation de l’éditeur ou du Centre Français d’Exploitation d droit de copie (3, rue Hautefeuille, 75006 Paris), est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d’une part, les reproductions strictement réservés à l’usage du copiste et non destinées à une utilisation collective et, d’autre part, les analyses et courtes citations justifiés par le caractère scientifique ou d’information de l’œuvre dans laquelle elles sont incorporées (Loi du 1er juillet 1992 –art. L 122-4 et L 122-5 et Code Pénal art.425)


1 Avant-propos

 Pour les Avis Techniques relatifs à des procédés par addition de produits chimiques pour le traitement des eaux chaudes sanitaires, un Cahier des Prescriptions Techniques communes est nécessaire afin d’harmoniser certains points techniques essentiels à l’emploi et à la mise en oeuvre de ces procédés.

 Certains Avis techniques concernés par ce Cahier des Prescriptions Techniques communes, contiennent des spécifications supplémentaires qui sont mentionnées dans chaque Avis Technique.

 Les membres du Groupe Spécialisé n°19 Traitement des Eaux ont élaboré ce document.

 

2 Objet

 
Le présent Cahier des Prescriptions Techniques communes a pour objet de définir les éléments techniques communs pour l’emploi et la mise en oeuvre des procédés de traitements des eaux bénéficiant d’un Avis Technique, destiné aux installations de production et de distribution d’eau chaude sanitaire conformes au DTU 60.1 « Cahier des charges applicable aux travaux de plomberie sanitaire pour bâtiments à usage d’habitation » additif 4 « Installations de distribution d’eau en tubes d’acier à l’intérieur des bâtiments ».

 Ces Avis Techniques sont relatifs à des procédés de traitement contre la corrosion et l’entartrage des eaux chaudes sanitaires, par addition de produits chimiques.

 
3.Terminologie
 

Adoucissement       : procédé de traitement de l’eau par échange d’ions, destiné à réduire sa dureté                

Corrosion                : interaction électrochimique entre un métal et son milieu environnant
  
Compteur éme
teur d’impulsions     : compteur d’eau générant un signal pour un volume d’eau donné

Distribution d’eauChaude   : ensemble des canalisations et des accessoires  servant à véhiculer l’eau chaude sanitaire

Domaine d’emploi   : caractéristiques des installations et  limites de l’eau à  traiter 

Dureté                     : teneur en calcium et en magnésium

(titre hydrotimétrique d’une eau TH)    (exprimée couramment en  degrés français)                        

Dureté carbonatée    : la plus faible des 2 valeurs TH ou TAC

Eau d’entrée            : eau desservant un immeuble  

Entartrage                : formation d’un dépôt adhérent et dur sur  les surfaces intérieures des composants de l’installation en contact avec l’eau                                

                                 

Installation               : ensemble de la production et de la distribution d’eau Chaude sanitaire

Point d’injection      : endroit du réseau où est injecté le produit

Poste de traitement  : ensemble du matériel nécessaire à la mise en oeuvre du procédé

Prétraitement           : traitement en amont d’un traitement principal

Procédé de traitement : ensemble constitué par les produits, le poste de traitement, la mise en oeuvre et le contrôle.

Production d’eau     : Appareils (ballons à accumulation,

Chaude                      échangeurs...) servant à chauffer l’eau

Suivi technique        : visite périodique destinée à vérifier l’état et le fonctionnement des installations

TAC (titre alcalimé :  teneur en ions hydrogénocarbonates,

trique complet            carbonates et hydroxyles d’une eau                        

                                  français)

Tube témoin            : élément de canalisation de même  longueur et démontable,  permettant un examen de l’état interne des

                                  canalisations

Traitement               : modification de la composition 

                                  chimique de l’eau

 

4 Domaine d’application  des procédés de traitement

 Distribution bouclée à circulation continue, en acier galvanisé. Production d’eau chaude sanitaire en acier noir, acier inoxydable ou acier revêtu (galvanisation, vitrification ou revêtements en matériaux de synthèse).

 Le réseau bouclé ne doit pas comporter de matériaux métalliques de compositions différentes. Les échangeurs et les vannes peuvent être constitués d’un autre matériau.

 Limites de l’eau à traiter (sauf mentions différents dans l’Avis Technique) :

 

changeurs

Si TH < TAC

Si TAC < TH

Instantanés et semi-instantanés

5°f < TH < 25°f

5°f < TAC < 25°f

Autres types

5°f < TH < 35°f

5°f < TAC < 35°f

 

5.Rappel de la réglementation

 La réglementation sur les produits et procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires est rappelée dans la « circulaire du 27 mai 1987 emploi des résines échangeuses de cations pour le traitement des eaux destinées à la consommation humaine » et dans la « circulaire du 7 mai 1990 relative aux produits et aux procédés de traitement des eaux destinées à la consommation humaine ».

 Les installations sont concernées par « le décret n°89-3 du 3 janvier 1989 relatif aux eaux destinées à la consommation humaine à l’exclusion des eaux minérales naturelles, modifié par le décret n°90-330 du 10 avril 1990, par le décret n°91-257 du 7 mars 1991 et par le décret n° 95-363 du 5 avril 1995 « , notamment la sous section 3 – Règles particulières d’hygiène applicables aux installations intérieures équipant les lieux et immeubles recevant du public.

 Les installations sont également concernées par « l’arrêté du 29 mai 1997 relatif aux matériaux et objets utilisées dans les installations fixes de production, de traitement et de distribution d’eau destinée à la consommation humaine

 

6.Identification du procédé et de ses composants

 Sur le récipient de conditionnement de chaque produit doit au moins figurer :

le nom du produit,

la raison sociale de la société titulaire de l’Avis Technique,

le numéro de lot du produit,

la mention « le produit.......entre dans la mise en oeuvre du procédé..........faisant l’objet de l’Avis Technique n°../..-.. »,

le code de dilution du produit,

la date limite d’utilisation,

s’il y a lieu, le marquage de sécurité.

Dans le poste de traitement, doit au moins figurer :

la raison sociale de la société applicatrice de l’Avis Technique,

le nom du procédé,

le numéro de l’Avis Technique,

 la date de mise en service et le mode de traitement

le marquage indiqué dans le Règlement Technique de la certification CSTBat Service Procédés de Traitement des Eaux :

 

<nom du titulaire du certificat

(société, agence ou établissement)>

<numéro du site>

 

 

<nom de la famille des Avis Techniques concernés>

 

 

 

7.Suivi technique

 
Une visite doit être effectuée par l’applicateur du procédé tous les trois mois et doit faire l’objet d’une fiche de suivi (document écrit) mentionnant les indications suivantes :

le relevé des index des compteurs et de la consommation de produit avec le calcul de la dose moyenne de traitement exprimé en ml/m3,

l’analyse, en départ de boucle, d’au moins un principe actif majoritaire du produit employé dont les caractéristiques sont définies dans l’Avis Technique,

le dosage du fer total de l’eau, en retour de boucle, exprimé en mg/l de Fe.

Les analyses nécessaires à la vérification du fonctionnement du prétraitement éventuel,

La vérification de l’état interne de canalisations de la distribution (tubes témoins ou autre méthode d’appréciation définie dans l’Avis Technique),

Le contrôle du réglage du poste et modifications éventuelles des réglages,

Les mentions particulières définies dans l’Avis Technique.

De plus, une vérification des paramètres de l’eau relatifs au respect du domaine d’emploi doit être effectuée au moins une fois par an, et les résultats annexés à la fiche de suivi.

 
Commentaire

La teneur en phosphates totaux de l’eau est exprimée en mg/ de P2O5. La teneur en silicates de l’eau d’appoint est exprimée en mg/l de SiO2. La teneur en zinc est exprimée en mg/l de Zn.

 

 
8.Compatibilité avec les prétraitements

 L’applicateur doit s’assurer de la compatibilité duj traitement avec les prétraitements éventuels mis en oeuvre sur l’installation.

 
9.Dilution des produits

 L’applicateur doit appliquer le traitement en conformité avec les dispositions figurant dans l’Avis Technique (ou son dossier technique), quant à l’état de dilution des produits avant injection.

 
10.Schémas de principe

 Des schémas de principes sont donnés en annexe, l’un pour une production d’eau chaude par ballon à accumulation et le second pour une production de type instantané.

 

11.Emplacement du poste de traitement

 

L’emplacement du poste de traitement doit répondre aux critères suivants :

respect des conditions d’hygiène,

facilité d’accès,

éloignement d’une source de chaleur,

éloignement d’une prise d’air basse,

proximité d’une source d’eau pour le nettoyage du poste,

alimentation électrique conforme à la réglementation et aux normes en vigueur.


12.Comptage de l’eau

 
Un comptage de l’eau chaude consommée doit exister. La sensibilité du compteur est telle que ce dernier génère des impulsions lors des soutirages les plus faibles .

 Commentaire

Si le compteur émetteur d’impulsions ne permet pas la lecture de la consommation, un compteur d’eau doit être placé de manière à permettre le calcul de la dose moyenne de traitement.

 

13.Point d’injection

 

Les points d’injection du produit doivent être situés conformément aux dispositions de l’Avis Technique (ou de son dossier technique), décrivant la mise en oeuvre du procédé.

 
14.Robinets de prélèvement  d’eau

 
Des robinets de prélèvements d’eau pour les analyses, sont placés sur :

l’eau d’entrée, après le prétraitement éventuel,

sur le départ de boucle,

sur le retour de boucle

 

15.Température de l’eau

 La température de l’eau doit être inférieure à 60°C dans la boucle du réseau. Un dispositif adéquat doit être installé à cet effet.